Les écoducs sauvent la vie des animaux !

Les écoducs préservent la vie des animaux et limitent le morcellement de leur territoire. C’est ce monde là que nous voulons. C’est ce qu’il faut faire lors des aménagements et réaménagements, des autoroutes, chaussées, grandes routes, voies ferroviaires etc. …

Les autorités et architectes devraient toujours :
– tenir compte des animaux, qui font partie intégrante de la société.
– Préserver les rares coins de nature ou en intégrer des nouveaux dans le paysage.
– Réparer les manquements et dégâts d’une urbanisation qui a cru que l’humain était le seul habitant sur terre.

Il n’est jamais trop tard. L’écoduc de Groenendaal le prouve. Une panoplie d’espèces l’utilisent et on ne retrouve quasiment plus d’animaux écrasés à sa proximité.
Mais il en faut beaucoup plus, partout en Belgique.

D’autres alternatives sécurisées sont l’aménagement de tuyaux en béton en dessous des routes qui permettent le passage de crapauds, grenouilles et autres petits animaux.

Vous pouvez lancer une pétition pour demander l’aménagement d’un nouvel écoduc dans votre région.
Vous pouvez lever le pied partout et être doublement vigilant.
Prévoyez des petits passages proches du sol dans vos murs, parois de séparation, et clôtures dans votre jardin, pour permettre les migrations de crapauds, hérissons et autres petits animaux.

L’union fait la force !

Il y a sept mois, DierAnimal a participé à la World Animal Conférence à Porto. Ensemble avec les autres partis animalistes, nous avons protesté contre l’accord de libre-échange, l’accord du Mercosur. Cet accord de libre-échange entre l’UE et l’Amérique du Sud est un véritable désastre pour les animaux et pour les agriculteurs européens. Du bœuf sud-américain bon marché, produit selon des normes de bien-être animal beaucoup moins strictes, qui inonderait le marché européen, n’est qu’un exemple parmi d’autres aberrations que contient cet accord.

L’opposition de notre parti frère néerlandais, le Partij voor de Dieren, a été adoptée par le parlement néerlandais ! Pour que le traité entre en vigueur tous les états membres doivent le signer.
Chez nous, le gouvernement wallon s’était opposé au Mercosur, mais pas pour des raisons de bien-être animal. En Europe, des oppositions contre le traité ont déjà été introduites ou adoptées en Autriche et en Irlande.

Nous sommes très fiers de cette victoire historique qui émane d’un parti animaliste, le PvdD néerlandais. Puisque c’est la première fois, qu’un état rejette l’accord monstre. Cela démontre qu’une puce dans le pelage, aussi petite soit-elle, est capable d’abattre un géant.

Ensemble, nous sommes forts!

DierAnimal fête ses 2 ans !

Joyeux anniversaire DierAnimal !

Il y a deux ans, jour pour jour, un rêve devenait réalité pour beaucoup de belges : Un parti politique qui défend les humains, la planète ET les animaux est né le 4 novembre 2017. Son nom: DierAnimal

Ne faisant plus confiance aux partis traditionnels qui se permettent de parler de bien-être animal tout en légitimant l’exploitation et l’abattage de centaines de milliers d’animaux par an, Constance Adonis (Présidente et Fondatrice), Peter Verhaegen (Vice-Président et Fondateur) et Giuseppe Polito (membre du bureau et Fondateur) ont retroussé leurs manches avec la ferme intention de défendre les animaux et de les représenter au niveau politique. Très vite, ils ont été rejoints par Delphine Rens (membre du bureau), les responsables des sections locales, de nombreux militant.e.s et sympathisant.e.s et ont reçu le soutien de l’APF (la Fondation Politique pour les Animaux) crée par le « Partij voor de Dieren » aux Pays-Bas.

Nous avons sué et connu des moments difficiles, mais tout cela n’était rien comparé au sort des animaux dans notre pays.
Au cours de ces deux années, nous avons aussi vécu des moments fantastiques. Nous avons rencontré à plusieurs reprises les fondateurs du parti hollandais « Partij voor de Dieren » qui nous ont offert leur expertise. Nous avons également eu le plaisir de rencontrer le philosophe Peter Singer, l’ancien PDG de Citibank qui a fait des animaux son combat quotidien Philip Wollen, le journaliste français Aymeric Caron, l’eurodéputée néerlandaise Anja Hazekamp, l’eurodéputé allemand Martin Buschmann, l’eurodéputé portugais Francisco Guerreiro, l’auteur et conférencier Guillaume Corpard, la très célèbre Jane Goodall, Greta Thunberg, les présidents et/ou fondateurs des autres partis politiques animalistes en Europe et nous avons également reçu un message de soutien de Brigitte Bardot.

Pourquoi lancer un parti pour les animaux ? C’est simple ! Parce que les autres ne s’intéressent pas aux animaux ou seulement parce qu’ils y voient une opportunité de récolter plus de voix, et il devenait de plus en plus difficile de voter pour les partis existants.

Les animaux font partie intégrante de notre famille. Les animaux sont des êtres sensibles qui méritent d’être respectés au même titre que les animaux humains et que tout le vivant dans son ensemble. Pourquoi voter pour des partis qui ne pensent qu’en terme de stratégie électorale et qui ne poursuivent que des objectifs à court terme ? Nous sommes la voix de tous les êtres vivants !

Du rêve à la réalité, il n’y a qu’un pas. Le travail et la détermination sont sans doute les mots qui décrivent le mieux notre parti et les personnes qui le composent. Nous voulons remercier toutes ces personnes fabuleuses et déterminées qui soutiennent notre combat depuis le début, parce que la politique c’est un projet à long terme. Et un ENORME merci à nos chèr.e.s membres. Parce que sans vous, nous n’aurions pas pu en arriver là.

Après une petite année et quelques mois d’existence, nous avons déjà décroché un premier siège au Parlement bruxellois, lors de notre première participation à des élections. Comme quoi, il faut toujours croire en ses rêves et s’accrocher !
Victoria Austraet est devenue la première députée du parti le 26 mai 2019. Elle est maintenant la voix des animaux dans l’un des parlements du Royaume, et ce n’est que le début, car les animaux n’ont que Dieranimal pour les représenter dans la sphère politique. Nous ne les abandonnerons pas !

Le 19 février 2018, le parti DierAnimal fut officiellement présenté au grand public. Nous avons été impressionnés par l’attention médiatique tant au nord qu’au sud du pays. Ce pays qui nous est cher, mais que nous souhaitons voir progresser sur plusieurs thématiques. Nous rappelons que nous sommes le 11ème parti animaliste en Europe et le 19ème dans le monde. Nous sommes heureux de pouvoir compter sur le soutien de nos partis frères.

Nous rappelons aussi que les partis animalistes ne se préoccupent pas uniquement du sort des animaux, mais de celui de tous les êtres vivants. Si ce n’est déjà fait, lisez notre programme qui couvre des thématiques telles que l’environnement, l’économie, l’enseignement, la santé,… Les partis animalistes sont des partis progressistes qui ne mettent pas au centre de leur priorité les intérêts des hommes uniquement, mais les intérêts de tous le vivant. Nous ne sommes pas les seuls à habiter cette belle planète. Nous sommes de simples passagers et notre devoir est de la protéger pour transmettre ce patrimoine naturel aux futures générations. Jusqu’à aujourd’hui, l’homme a manqué à ce devoir, responsable de la sixième extinction de masse. Mais il est encore temps de renverser la tendance si nous choisissons de mener les bons combats.

Les partis animalistes travaillent sur des intérêts à long-terme. Nous sommes des avant-gardistes. Nous sommes contre toute forme d’exploitation et d’oppression sur l’animal, l’humain et la planète.
Merci de tout cœur pour votre soutien ! Parlez de nous à vos amis, famille, voisins,… Merci chèr.e.s ami.e.s de DierAnimal. Ensemble nous construisons un monde meilleur pour tous !

Vive DierAnimal !