Environnement et climat
Le climat est fortement perturbé sous l’effet de l'activité humaine. Il est victime de changements importants menant à une hausse progressive et trop rapide de la température sur terre. Ce réchauffement progressif provoque:
  • des phénomènes climatiques extrêmes quelle que soit la saison et ce, partout dans le monde (incendie, tornades, sécheresses, tsunamis, …)
  • l'extinction accélérée d'espèces végétales et animales
  • l'augmentation des zones désertiques
  • la fonte des banquises aux pôles avec pour conséquence, la montée du niveau des océans
  • une détérioration générale de la qualité du sol, de l’air et de l'environnement
Ce réchauffement menace également l'approvisionnement en nourriture. De plus en plus de surfaces sur cette planète deviennent inhabitables pour les humains et les animaux. Tous ces phénomènes constituent une menace pour la continuité de la civilisation humaine, pouvant entraîner à terme des conflits armés, des violences et des millions de réfugiés climatiques potentiels. Ces faits sont aujourd'hui avérés et quantifiés. Les scientifiques ont démontré qu’ils sont liés à la hausse anormale de la concentration de certains gaz dans l'atmosphère, dont le CO2, le méthane et le monoxyde d’azote. Le changement climatique et le réchauffement de la terre sont des phénomènes connus. Pourtant, cela ne semble pas affecter le monde politique. Les politiciens concluent des accords symboliques, qui sont très souvent annulés ou repoussés. Aucun d’entre eux à ce jour n’est passé à l’action de façon concrète. Or il y a urgence ! Les jeunes d'aujourd'hui l'ont d’ailleurs bien compris. L'excès de gaz à effet de serre dans l'atmosphère est une conséquence directe du rejet trop important de gaz d'un côté et d'une fixation insuffisante de ces mêmes gaz de l’autre. Les principaux responsables du rejet de CO2 sont:
  • le secteur du transport (avions, voitures, camions, navires, trains...)
  • l'élevage industriel et l'industrie de la viande (responsable de 16% du rejet, dont des quantités importantes de méthane)
  • le chauffage d'immeubles et habitations (par la combustion de sources fossiles)
  • l'industrie lourde qui rejette à elle seule beaucoup de CO2 (raffineries de pétrole, centrales électriques classiques, l'industrie de l'acier, l'industrie chimique …)
  • la production industrielle tout secteur confondu
  • la production agricole conventionnelle
La production industrielle est la propre au mode de consommation occidentale. Le citoyen consomme toujours plus et l'industrie répond à cette demande croissante en produisant encore et encore. Le tout, renforcé par des campagnes de marketing. La fixation insuffisante du CO2 est liée à:
  • la déforestation et la perte d'espaces verts
  • le réchauffement des océans rendant plus difficile la dissolution du carbone
  • la bétonisation/minéralisation de l'environnement suite à la construction excessive de routes, de bâtiments, d’installations etc.
De plus, les effets néfastes du changement climatique sont renforcés par un nombre de phénomènes tels que:
  • le manque de protection et d’ombrage des espaces publics et des terres pendant les périodes de sécheresse prolongée
  • la bétonisation qui entraîne une diminution de l’absorption des eaux par la terre en cas de fortes précipitations
DierAnimal veut que des mesures fortes et drastiques soient prises pour freiner le réchauffement climatique.

LES 10 POINTS DE DIERANIMAL SUR LE CLIMAT

  1. Démantèlement, et abolition des élevages industriels de toutes sortes d'animaux confondus. Abolition de l'exportation et l'importation de viande.
  2. Diminution drastique de la consommation de viande et autres produits d'origine animale. Transition vers un régime alimentaire végétal. Reconversion de l'élevage et de l'agriculture conventionnelle vers une agriculture biologique locale, régionale, végétale et durable à circuits courts.
  3. Fin de l'abattage des arbres. Entretien du patrimoine arboricole. Arrêt effectif de la bétonnisation de l'espace public. Reforestation massive des espaces ouverts avec des forêts de composition diversifiée pour augmenter la capacité de fixation de CO2.
  4. Arrêt immédiat des subventions directes et indirectes pour la production d'énergie à partir de sources fossiles. Développement et investissements en énergie durable et renouvelable pour arriver à 100% de renouvelable en 2040.
  5. Soutien financier de l'usage du vélo et de toutes formes de transportation partagée. Des investissements intelligents dans des transports en commun plus performants et adaptés. Diminution des prix pour l'usage des trains, trams et bus. Pas de stimulation fiscale des voitures de société.
  6. Réduction accélérée de tout le parc automobile à combustible fossile au profit de véhicules plus légers propulsés à l'hydrogène ou par d'autres technologies durables.
  7. Généralisation de la norme passive dans la construction des habitations et des constructions d'entreprises. Diminution du rejet de gaz à effet de serre par l'isolation, la rénovation, l'application de formes durables de chauffage telles les pompes à chaleur. Considération et choix consciencieux entre rénovation ou démolition du vieux patrimoine d'habitation sans valeur historique ou architecturale en faveur de nouvelles constructions à faible consommation.
  8. Inciter les citoyens à réduire leur consommation et à consommer de manière durable. Développer l'économie circulaire locale, notamment de ré-utilisation et de recyclage. Stimulation de et investissements dans la recherche.
  9. Arrêt de toutes formes de subvention du transport aérien. Création d'une taxe sur le kérosène et la TVA sur les billets d'avion. Réduction de l'aviation intra-UE. Développement d'un réseau ferroviaire performant et intégré au niveau européen.
  10. Le pollueur = le payeur. Répartition équitable des efforts climatiques entre tous les acteurs responsables.
Concernant l'énergie nucléaire: Le monde a besoin d'une transition énergétique accélérée pour contribuer à compenser les conséquences du changement climatique. Nous devons réduire l'utilisation des combustibles fossiles au plus vite. La consommation d'énergie en Belgique peut être revue à la baisse et peut être plus durable. L'énergie nucléaire n'est pas acceptable comme alternative à l'énergie fossile. Car elle suppose toujours une dépendance de matières primaires non-renouvelables. Par ailleurs, elle nous encombre nous et les futures générations avec des déchêts radio-actifs et dangereux qui restent actifs pendant des dizaines de milliers d'années. Nos enfants et petits-enfants sont ainsi confrontés avec un problème de gestion de déchêts énorme et insoluble. En plus, l'attachement à cette technologie obsolète freine la transition vers une production d'énergie plus durable.
  • Les centrales nucléaires de Doel et Tihange doivent fermer
  • Pas de nouvelles centrales nucléaires
  • Pas de nouvelles centrales à charbon
  • Pas d'investissements dans d'autres techniques nuisibles telles que le gaz de schiste (fracking)
  • L'énergie durable et renouvelable sera prioritaire sur le réseau électrique
  • La priorité sera donnée au développement des énergies éoliennes et solaires