Le titre bien connu “Bruges la morte”, d’après le roman du XIXe siècle de Georges Rodenbach du même nom, a reçu un arrière-goût amer en 2021.

Folklore peu respectueux

Le cheval Tinka, âgé de 17 ans, est mort samedi 27/05/2021 à Bruges alors qu’il tirait une calèche avec des touristes dans le centre ville de Bruges. Tous, M. Wentein, président de la fédération équestre flamande ( !!!) en tête, ont exprimé leur étonnement : “Comment est-ce possible ?”.
Les pompiers ont rapidement placé une tente autour de l’animal, afin de cacher le cheval mort aux citoyens et aux touristes.

Ne serait-il pas temps pour Bruges d’entrer réellement dans le XXIe siècle et d’abolir ce folklore peu respectueux des animaux ? Cela s’applique également à notre capitale Bruxelles.
D’autres villes touristiques ont déjà montré l’exemple, comme Gand en 2020, Amterdam et Rome.

Donner le bon exemple

Qu’attend le conseil municipal de Bruges pour mettre fin une fois pour toutes à cette exploitation des chevaux ? Nos agglomérations urbaines très fréquentées ne sont pas des environnements plus adaptés aux chevaux que les fêtes foraines. Le stress, une surface trop dure, les gaz d’échappement, les klaxons, le bruit, la circulation intense …

Interdiction légale

Partout dans le monde, on invente des excuses pour faire travailler les animaux de manière extraordinaire afin de gagner de l’argent auprès des touristes. De New York à Seville en passant par Santorin, les pyramides égyptiennes ou les pièges à touristes partout en Thaïlande : chevaux, ânes, chameaux et éléphants peinent dans des conditions misérables sous le joug des touristes (paresseux). Parfois jusqu’à ce qu’ils soient totalement épuisés.
Et lorsque l’industrie touristique s’arrête, les animaux sont souvent abandonnés à leur sort. Parce qu’ils “ne rapportent plus rien”.

La situation n’est peut-être pas aussi grave dans notre pays, mais nos villes devraient au moins donner le bon exemple.

DierAnimal veut une interdiction légale de l’utilisation d’animaux comme attractions dans l’industrie touristique.

Que pouvez-vous faire ?

Écrivez un courriel poli à la mairie de Bruges, à l’attention du collège du bourgmestre et des échevins, et demandez-leur d’abolir au plus vite les calèches dans la ville.

Le Bourgmestre Dirk De fauw: burgemeester@brugge.be

L’Échevin du tourisme Philip Pierins: schepen.pierins@brugge.be

L’Échevin du bien-être animal Matthijs Goderis: schepen.goderis@brugge.be


Rejoignez notre mouvement et devenez membre de DierAnimal.

#dieranimal #partipolitique #animaux #humains #planete #stopcaleches

Une fin aux calèches

Vous pourrez aussi aimer